Contactez-nous

Architecture

La Marseillaise est née de l’imagination de Jean Nouvel, architecte mondialement connu et prix Pritzker 2008.

Il a signé de nombreux bâtiments à travers le monde. Des bâtiments que les touristes viennent aujourd’hui visiter et que les habitants s’approprient, tels la nouvelle Philarmonie de Paris, le Louvre d’Abu Dhabi, le Musée du Quai Branly à Paris, la Tour Agbar de Barcelone, le centre de congrès de Lucerne…

Séduit par la ville, ses couleurs, son environnement naturel (la mer, la roche, la lumière), Jean Nouvel en imaginant La Marseillaise, a apporté une touche unique à Marseille, confirmant l’importance grandissante de la ville. Cette tour, il l’a d’ailleurs voulue ne ressemblant à aucune autre, donnant ainsi du style à la ville et permettant une identification immédiate de sa skyline.

L’ensemble du projet repose sur des pilotis, ce qui procure de la légèreté à l’ensemble. Des espaces paysagés ponctuent la tour et offrent un traitement particulier aux toitures.

La façade se compose d’une trame, base de son écriture, à laquelle les brise-soleil donnent de la profondeur et dont les couleurs créent des vibrations et une perception différente en fonction des angles de vue. On aperçoit ainsi la tour dans ses différentes teintes, clin d’œil qui ancre définitivement le projet à Marseille. 

La silhouette, massive au premier abord, se révèlera délicate et précieuse au travers de la superposition des trames d’ombres et de lumières filtrées par les brise-soleil.

Technique

Construire un Immeuble de Grande Hauteur (IGH) est une prouesse technique, un véritable défi aux lois de la physique. La Marseillaise répond ainsi à des contraintes extrêmes.

Elle doit en effet résister aux vents, particulièrement forts dans la région : le mistral en bout de vallée du Rhône et les brises venant de la mer.

Elle est également construite en bord de mer, sur un sol rocheux, imposant au constructeur des mesures spécifiques pour réaliser l’infrastructure immergée.

Si ces contraintes nécessitent des mois d’études, elles impliquent également du matériel et des matériaux hors-normes :

- Les grues à flèches relevables qui conviennent particulièrement aux chantiers exigus où les aires de travail se recoupent.

- Le coffrage auto-grimpant qui permet de réaliser un cycle constant et d'organiser un rythme de travail optimal.

- Les quantités élevées de métal (1 700 tonnes d’armatures, 2 400 tonnes de charpente…), de vitrages (1 7000 m²)

Et pour aller encore plus loin, ce projet d’exception a été doté par Jean Nouvel d’éléments spécifiques exceptionnels :

- 3 500 pièces de brise-soleil uniques en BFUHP (Béton Fibré Ultra-Haute Performance) à assembler sous forme de puzzle 3D qui vont habiller les 17 000 m² de façades vitrées.

- 27 couleurs et 3 éclats déclinés sur les 3 500 brise-soleil polychromes.

- Des étages accueillant de la végétation composant des paysages méditerranéens.

Chargement...
70% Complete